Volumes prélevables en rivière

Les nombreux usages de l’eau nécessitent que des règles de gestion des prélèvements de la ressource sont indispensables pour maintenir la qualité des milieux aquatiques et les services qu’ils rendent aux activités humaines (alimentation en eau potable de qualité, irrigation des cultures, tourisme…
Sur le bassin de la Cèze ce sujet est particulièrement prégnant.
Le bassin est ainsi classé en déficit quantitatif dans le SDAGE Rhône-Méditerranée et en zone de répartition des eaux (ZRE).

Ce contexte réglementaire corrobore le constat de récurrence de sécheresse estivale marquée ponctué quasiment chaque année par des arrêtés préfectoraux dits « sécheresse ».

C’est pourquoi depuis plusieurs années le Syndicat Mixte s’est engagé dans une démarche d’amélioration de la connaissance et de programme d’actions en concertation avec les acteurs locaux en vue de mettre en place ces règles de gestion équilibrée.
Ainsi une étude des volumes prélevables maximums a été engagée dès 2009. Son objectif ambitieux et nécessaire vise à définir les principes d’une gestion structurelle permettant d’éviter la surexploitation de la ressource et le déclenchement d’une gestion de crise par les arrêtés préfectoraux. Cette gestion est basée sur le principe des volumes prélevables « attribués aux usages » et qui doivent permettre le respect des DOE (Débits Objectifs d’Etiage), considérés comme débits mensuels relevés en plusieurs points de référence, en deçà desquels les besoins ne peuvent plus être entièrement satisfaits au risque de porter atteinte au milieu.
L’étude est en cours de finalisation en 2013, elle devrait conclure sur des niveaux importants voire très importants d’économie structurelle à réaliser en fonction des sous bassins.